Projet métropolitain

Partagez cette page

1. Une métropole européenne attractive

  • Nous soutiendrons la recherche et la vision d’une métropole apprenante et innovante. Nous soutiendrons l’Université et l’enseignement supérieur innovant et international. Nous soutiendrons la création d’un Technocampus intelligence artificielle lié à la prospective des déplacements de demain : I-street / ifsttar Bouaye : route intelligente, véhicules autonomes, etc.
  • Nous souhaitons que Nantes Métropole continue de s’affirmer comme un pôle de compétences majeur dans le domaine de la transition numérique et de la digitalisation par exemple dans le secteur du bâtiment :BIM - Plusieurs axes de recherche existent à Nantes Saint-Nazaire avec Aquisim (CSTB) et Algoculture à Saint-Nazaire (pour les façades d’immeubles).
  • Avec l’État, la CCI et les collectivités partenaires, nous soutiendrons la transformation moderne de l’aérogare de Nantes Atlantique, nous travaillerons à une meilleure accessibilité, à développer ses liaisons internationales et veillerons par une étude d’impact à donner des informations fiables aux riverains (nuisances sonores, santé, pollution...).
  • Nous travaillerons à l’amélioration de la performance des lignes ferroviaires qui relient notre capitale régionale au reste du territoire national (Paris, Rennes, Bordeaux...) et du département (RER urbain.).
  • Compte tenu de l’état d’avancement du projet du nouveau CHU, il n’est plus réaliste d’envisager son abandon pour le choix éventuel d’une autre implantation que celle de l’Île de Nantes. Outre l’aspect levier en matière d’investissement et d’emplois sur Nantes métropole, le CHU et son « quartier de la santé » seront soutenus et réalisés car la finalité est d’aboutir à un hôpital plus moderne et plus fonctionnel dans son organisation et son fonctionnement. Néanmoins, comme les dessertes et les besoins de parkings ont été mal anticipés, la synchronisation envisagée entre le calendrier de réalisation très coûteuse de deux lignes de tramway et celui de la construction du CHU paraît irréaliste. C’est pourquoi cela risque de contraindre la métropole à assumer des coûts supplémentaires importants. Aussi, nous veillerons, à trouver des solutions d’accès moins coûteuses (Busway), à respecter l’enveloppe budgétaire afin d’éviter les dérapages éventuels du coût du projet et nous demanderons une actualisation des études sur le risque inondation.
  • En parallèle et en complémentarité, un pôle d’excellence dit de « Cancéropôle » sera favorisé à Saint-Herblain.
  • Afin de veiller à la bonne répartition sur notre territoire de l’offre de soin (aide à la création de maison de santé, structures Alzheimer...), un Plan métropolitain pour la santé au quotidien sera lancé.
  • Levier pour l’attractivité du territoire : nous soutiendrons et accompagnerons les clubs et sportifs de haut niveau. Nous serons fiers de continuer à soutenir nos équipes nationales du volley, du handball, du football et du basket-ball...
  • Concernant le rugby, nous travaillerons avec les clubs de la métropole à formaliser un projet ambitieux avec en ligne de mire le plus haut niveau. Nous veillerons donc aux modalités pour accompagner cette ambition efficacement et étudierons la faisabilité d’un stade métropolitain dédié notamment au Rugby.
  • Nous travaillerons à un scénario viable pour pérenniser le stade de la Beaujoire pour qu’il soit adapté au besoin du club. Nous proposerons un projet sur l’ensemble du site pour une meilleure insertion dans le quartier et veillerons au maintien sur Nantes métropole du centre de formation du FCN et réaliserons un audit de la relation contractuelle avec le FCN.
  • Afin de permettre aux scolaires d’apprendre à nager et de répondre aux besoins des familles et des clubs, un état des lieux des besoins de futures piscines sur l’agglomération sera lancé et des piscines nouvelles seront créées avec le soutien de la métropole, au nord de la Loire comme au sud. Nous soutiendrons donc les projets de piscines à vocation intercommunale. De plus, une piscine sur l’île de Nantes sera créée avec bassin intérieur/extérieur avec vue sur la Loire. Enfin, nous élargirons les créneaux d’ouverture.
  • Pour éviter une dérive budgétaire, nous demanderons une étude de financement pour l’Arbre aux hérons et fixerons un seuil au-delà duquel la collectivité n’interviendra plus.
  • Nous créerons à l’ancien couvent des Cordeliers un Centre d’Interprétation du Patrimoine – Nantes Médiévale – Cité des Ducsde Bretagne – Nantes Flamboyante.
  • En coopération avec l’école des beaux-arts et le musée d’Arts, nous créerons une résidence d’artistes et lancerons un concours international d’œuvre d’art pour embellir la ville.
  • Nous étudierons la faisabilité d’un Conservatoire à dimension régionale.

2. Une métropole plus fluide

  • Nous lancerons un plan de mobilité concerté et engagerons des politiques publiques qui favoriseront les véhicules propres (création de bornes de recharges publiques plus nombreuses, affiner le maillage métropolitain avec le Réseau Express Régional, notamment vers le Pays de Retz), la marche (création de chemins pour les piétons et entretien de nos sentiers), le vélo (un plan vélo ambitieux sera mis en œuvre : sécurité des vélos, maillage avec voies dédiées, entretien des pistes cyclables, passages du périphérique...), le covoiturage et les transports en commun.
  • Remplacement des projets de Tramway sur l’Île de Nantes par des Busway. La création d’un nouveau CHU (1er employeur régional) va engendrer des besoins en matière d’accessibilité, le projet actuel avec deux lignes de tramway nous paraît être un investissement trop lourd financièrement pour peu d’efficacité. La mise en place d’un tramway avec échangeur au niveau du pont Anne de Bretagne va constituer une gêne pour la fluidité du trafic et donc un nœud de circulation créant embouteillages et pollution. En outre, le pont Anne de Bretagne pourrait supporter une ligne de bus en site propre (utile pour les ambulances) et la création d’une passerelle pour piétons et vélos. De plus, un Busway sur le pont transbordeur pourra aussi être envisagé. Nous réaliserons donc une économie budgétaire très importante et nous abandonnerons le projet de doublement des ponts et ses travaux engendrant congestion et pollution.
  • Pour faciliter l’intermodalité, des parcs relais plus grands et plus nombreux. Nous lancerons un grand plan pour agrandir et créer des parkings relais. Objectif : 15 000 places (dont 4 000 créées sur le mandat - Bourdonnières à Nantes Sud, Porte de l’Estuaire à Saint Herblain, Porte d’Anjou à Sainte Luce sur Loire, Route de Paris à Carquefou et échangeur N165/D165 à Sautron, extension du parking du Cardo à Orvault...). Nous construirons des parkings relais végétalisés et équipés de panneaux solaires, avec des places dédiées au covoiturage, situés autour de chaque porte du périphérique et croisant une ligne de transports en commun (actuellement 7 267 places). Le stationnement aux portes de la ville sera sécurisé et continuera à être gratuit pour ceux qui auront un abonnement Libertan.
  • Liaison avec l’aéroport Nantes Atlantique. L’aéroport Nantes Atlantique doit être mieux desservi. La Métropole doit prendre sa part dans le réaménagement de la desserte de l’aéroport aujourd’hui. Nantes Atlantique accueille plus de7 millions de passagers par an. Son raccordement à la ville n’est pas digne du volume de passagers qui embarquent ici. Notre priorité sera donnée aux transports en commun. Ces aménagements s’articuleront en trois temps :
  1. Remplacer à court terme le bus « navette aéroport » par un bus à haute fréquence (de type Chronobus) avec les mêmes conditions tarifaires que le reste du réseau.
  2. Étudier à moyen terme le prolongement de la ligne 3 vers l’aéroport au départ de Neustrie.
  3. En lien avec la Région et l’État, accéléreret tout mettre en œuvre pour la desserte aéroportuaire parTER (engagement du contrat d’avenir État-Région-Métropole)
  • Un Tramway plus performant : nous raccorderons le tramway entre Ranzay et lesFacultés et nous étudierons la faisabilité de lacontinuité de la ligne de tramway de Saint- Herblain vers le futur quartier de l’ex-CHU.
  • Création de nouveaux franchissements sur la Loire : nous étudierons la faisabilité de nouveaux franchissements entre le Pont de Cheviré et l’Île de Nantes, comme un pont transbordeur entre Île de Nantes et CCI Salorges.
  • Plus de Busway, de Chronobus et de bus Express. Nous étudierons la réalisation de lignes : - Prolongement d’une branche de la ligne 4 de Busway des Bourdonnières en direction du nouveau MIN de Rezé.- Hôtel de ville de Saint-Herblain - Rezé Les Isles via l’île de Nantes.- La Chapelle/Erdre Centre - Morrhonnières.- Centre de Sautron -Terminus Marcel Paul. 
  • Un métro aérien circulaire autour du périphérique. Pour désengorger le périphérique et raccorder les parkings relais et l’ensemble du réseau Tan autour de Nantes, nous lancerons les études pour la réalisation d’un métro aérien (type VAL - Véhicule Automatique Léger- comme à Lille, Toulouse, Rennes ou Turin en Italie) autour du périphérique - avec passage de la Loire.
  • Nous lancerons également des études pour étudier la pertinence et les coûts d’un métro souterrain en centre-ville.
  • Le projet de la Petite Hollande sera réinterrogé. Le projet actuel, plutôt que d’aider à développer de nouvelles pratiques, aura des conséquences désastreuses sur la fluidité de la ville. Bouchons nouveaux et pollutions sont à craindre. Le trafic routier, déjà bien encombré, sera reporté via les ponts sur l’Île de Nantes, sur les rues de Strasbourg et du centre-ville... En interdisant les voies sur berge, en supprimant les parkings de la Petite Hollande sans alternative et pour un coût faramineux de plus de 90 millions d’euros, c’est un projet polémique que la métropole cherche à faire passer sans études suffisantes et sans consultation réelle des citoyens. Nous proposerons, compte tenu des impacts sur l’ensemble du territoire de la métropole d’un tel projet, que deux ou trois alternatives soient mises au débat et fassent l’objet d’une vision globale et d’une consultation citoyenne. Enfin, nous souhaitons préserver le square Daviais, lieu de mémoire et poumon vert dans la ville.
  • Afin de répondre aux besoins des villages isolés, des quartiers mal desservis, nous créerons avec les villes des « navettes » de petit format et agiles pour rapatrier les voyageurs sur les lignes importantes de bus et tramways. 
  • Nous faciliterons la mobilité des professionnels intervenant dans la ville : accès et stationnement dans la zone à trafic limité (ZTL), gestion de la logistique urbaine.
  • Nous traiterons enfin avec méthode chaque point noir de circulation : par exemple Rond- Point - Porte d’Armor à Saint-Herblain. Nous demanderons à l’État d’étudier une liaison directe entre la N844 et N444. Nous repenserons les portes d’entrée de la métropole avec certaines villes (Vertou/Vignoble...). Nous réaliserons le contournement des bourgs d’Orvault et des Sorinières.

3. Une métropole qui choisit la croissance vertueuse, qui crée de l'emploi et respecte notre cadre de vie

  • Nous assumons notre positionnement en faveur de l’économie. Nous tenons à impliquer les acteurs du territoire, mobiliser, faire participer, concrétiser collectivement des projets utiles, nous créerons un GIE métropolitain (Groupement d’Intérêt Économique).
  • Pour lutter contre l’étalement urbain et garder des entreprises sur notre territoire nous lancerons un Plan de Développement Économique Urbain afin que chaque ville prenne sa part dans les objectifs d’accueil d’entreprises et de création d’emploi.
  • Nous créerons des espaces nouveaux pour l’accueil des entreprises (zones d’activités, pépinières, etc.).
  • Nous soutiendrons nos acteurs dans les domaines clés de notre économie locale (industries aéronautiques, numérique, industries créatives et culturelles, énergies marines renouvelables, constructions navales, agroalimentaire...).
  • Pour favoriser l’emploi, les missions de veille et de prospection économique seront renforcées, en partenariat avec la CCI, pour informer les entreprises locales sur les marchés étrangers, animer une cellule prospective, attirer les centres de décisions économiques, accompagner les PME / PMI dans leur croissance (foncier, immobilier, financement, administratif), favoriser et accompagner la création d’entreprises, favoriser la venue de nouveaux talents, proposer des aides aux entreprises : offre foncière, avec, par exemple, la création de zones d’activités, la création d’infrastructures spécifiques destinées à l’accueil des entreprises (pépinières, zone d’activités spécifiques, infrastructures spécifiques, etc.). Nous serons au côté des petites entreprises locales, quel que soit leur secteur d’activité, afin de faciliter leur développement (recherche de financements, aides, ouverture à l’innovation, etc.) en partenariat avec les structures existantes.
  • Nous requalifierons les sites d’activités vieillissants.
  • Nous développerons l’offre d’immobilier de bureaux en périphérie et dans le centre.
  • Nous créerons dans l’agglomération de nouvelles cours artisanales composées de plusieurs locaux adaptés pour les activités artisanales.
  • Nous valoriserons les produits agricoles bio et locaux et veillerons au maintien d’une agriculture sur notre métropole (viticulteurs, maraîchers, éleveurs...).
  • Nous soutiendrons nos commerçants et veillerons à l’équilibre commercial entre les centres bourgs, le centre de Nantes et les acteurs des grands pôles commerciaux de la périphérie.
  • Nous créerons avec la CCI une marketplace métropolitaine pour valoriser le commerce et les activités nantaises.
  • Un projet numérique pour Nantes Métropole : nous appuierons la création d’une «grande école du numérique métropolitaine», à l’image de l’école de Design ou de l’école de commerce Audencia. Le numérique est un formidable levier d’inclusion pour évaluer la qualité de vie numérique des habitants (smartcity). Nous accélérerons les programmes croisés entrele monde de la recherche et le monde de l’entreprise. Nous miserons fortement sur laTechForGood et le numérique responsable en lien avec les acteurs de l’ESS, l’IAE, les entreprises, les investisseurs, les réseaux, les corps intermédiaires.
  • À l’international, nous continuerons à faire rayonner Nantes Métropole en Europe et dans les instances européennes et nouerons également des liens plus étroits avec les pays africains (Coopérations mais aussi opportunités de liens économiques avec Africa Tech...).
  • Nous  soutiendrons les structures IAE (insertion par l’activité économique) et les projets inclusifs portés par les entreprises et corps intermédiaires Job4Mi, les ambassadeurs du Handicap...

4. Une métropole agréable à vivre

  • Nous favoriserons une densité vertueuse capable d’offrir une qualité de vie spécifique avec de nouvelles possibilités d’usages. Nous préserverons l’intimité des habitants tout en offrant un véritable partage de l’espace.
  • Nous créerons des pôles de vie, d’équilibre, économiques et de commerces, des centralités et régénérerons les quartiers en difficulté.
  • Pour financer les équipements publics, nous favoriserons la mise en place de Projets Urbains Partenariaux.
  • Pour le quotidien des habitants de la métropole nous mettrons en place un système de réponse rapide (application smartphone, ligne dédiée) : propreté - trous dans les trottoirs... Les agents de la métropole auront l’obligation de donner une réponse concrète aux demandes justes formulées par les habitants.
  • Afin de maintenir la diversité de nos paysages urbains et les identités propres de chaque commune, certains projets seront réinterrogés et là où ce sera nécessaire le PLUM (Plan Local d'Urbanisme Métropolitain) actuel sera modifié. 
  • Nous nous engagerons sur des objectifs réalisables de création de logements partagés avec l’ensemble des acteurs. Pour ne pas créer de tension sur l’immobilier, nous maintiendrons le cap de production de logements, mais avec chaque maire, nous repasserons de nouveaux objectifs par ville pour un équilibre respectueux de la spécificité de chaque territoire. Nous tiendrons compte de l’ensemble des besoins par une mixité entre accession à la propriété, locatif privé et social, collectifs et individuels et nous nous engagerons à poursuivre l’objectif d’atteindre progressivement 25 % de logements locatifs sociaux pour chaque commune.
  • La métropole favorisera le développement des projets pour un urbanisme adapté aux enjeux du grand âge (résidences seniors...).
  • Nous souhaitons développer les pratiques démocratiques, trouver des consensus plutôt que jouer l’autoritarisme, intégrer des logiques locales, impulser plutôt que tout réaliser seul.
  • Nous enrichirons la vie sociale et culturelle des habitants (espaces publics, lieux culturels ouverts, parcours santé et sportif, l’art dans la ville...).
  • Onyx, scène nationale et scène conventionnée danse et arts du cirque, deviendra un équipement métropolitain.
  • Nous ferons confiance aux acteurs locaux et laisserons des lieux où l’utopie, la poésie, l’imprévu restent possibles. 
  • Enfin, nous travaillerons en intelligence, en toute transparence et en partenariat, avec les professionnels de l’immobilier (architectes, promoteurs...), afin de les aider, les conseiller et trouver des solutions plutôt que d’empêcher, contraindre et interdire.

5. Une métropole où le progrès est partagé, qui protège et veille à la cohésion de ses territoires

  • Pour plus de justice sociale et pour lutter contre les inégalités nous soutenons l’initiative de l’association « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée » et souhaitons l’expérimenter sur le territoire métropolitain.
  • Nous soutiendrons les acteurs et associations engagés pour l’emploi et les structures d’insertion par l’activité économique.
  • La France a un des taux d’emploi des réfugiés les plus faibles des pays développés. Nantes Métropole est aussi confrontée à cet enjeu humain. Pour éviter l’errance et le désœuvrement, pour aider à trouver des solutions fiables, nous considérons l’intégration par le travail des personnes éloignées de l’emploi, « sans domicile fixe », réfugiés... comme étant l’un des sujets les plus importants à traiter. C’est pourquoi, nous veillerons à développer les contrats d’intégration républicaine (CIR), par des formations civiques pour adhérer aux valeurs essentielles de la République, des cours de français et mobiliserons des entreprises pour embaucher des réfugiés leur permettant ainsi d’avoir les moyens de bien se loger. 
  • Nous mettrons un terme aux situations insupportables sanitaires, sociales et humaines, face à la détresse (afflux de migrants) et à la présence de « bidonvilles » et de squats au sein de nos villes. En relation avec l’État, nous décréterons ce sujet comme grande cause métropolitaine. Plutôt que d’en parler et de renvoyer la responsabilité aux autres, nous agirons enfin sur la question du mal logement pour proposer des solutions en dur. Ensemble, toutes nos collectivités auront des objectifs d’accueils et de créations de logements pour ses populations en grande détresse sociale : nous fixons en la matière un objectif de 500 logements dédiés. 
  • Nous travaillerons à faciliter le rapprochement entre générations et développerons avec les écoles, les universités, les associations de quartiers, des passerelles pour créer une culture de l’échange intergénérationnel et pour réapprendre le respect dû à nos aînés
  • Dans nos quartiers, pour mieux se loger, pour réduire les poches de pauvreté au cœur de nos villes, pour accéder aux services publics et aux transports, pour assurer une mixité réelle, nous poursuivrons l’effort de transformation urbaine initié par les précédents programmes de rénovation urbaine. 
  • Nous favoriserons et soutiendrons les échanges de bonnes pratiques et les projets mutualisés entre les communes : piscines, cuisine centrale, projets culturels, police intercommunale, aide aux structures pour garde d’enfants (crèches...), notamment pour les projets intégrant l’accueil d’enfants en situation de handicap.

6. Une métropole qui va réussir la transition énergétique

  • Des critères environnementaux et sociaux plus exigeants seront fixés dans nos commandes publiques. 
  • Nous agirons pour garantir la préservation de nos espaces naturels, nos forêts, nos zones humides, pour défendre la biodiversité... 
  • RSE / ÉCOLOGIE : Nous réduirons la fiscalitéfoncière des entreprises qui s’engagent dans la transition énergétique (stratégie bas carbone). Associer les divers secteurs d’activité pour trouver ensemble des réponses aux enjeux climatiques.Transformation et résilience : construire avec des entreprises volontaires des expérimentations en matière d’économie circulaire. 
  • Nous fixerons des objectifs transparents et vérifiables, en matière de bruit, de qualité de l’eau, de l’air et de respect de la biodiversité (ruches, interdiction de pesticides...) et de l’artificialisation de nos terres. 
  • Une nouvelle politique pour lutter contre les gaspillages et pour gérer nos déchets sera lancée avec de vrais critères concernant leur traitement, leur recyclage... 
  • Nous ouvrirons les déchetteries et les points collecte le dimanche (pour celles qui ne le sont pas déjà) et nous créerons de nouvelles déchetteries (3 prévues, dont restructuration de la déchetterie de Tougas avec intégration d’un espace de réemploi et recyclage). 
  • Nous végétaliserons encore plus nos quartiers notamment par la réalisation de mini-forêts en ville
  • Nous veillerons à la propreté et à la valorisation de la Loire et de nos cours d’eau en visant à rendre possible la baignade sur certains d’entre eux (dans l’Erdre si possible). 
  • Nous aiderons les communes via un Fonds de concours métropolitain pour la transition écologique. 
  • Des études transparentes seront lancées pour connaître les impacts sur notre territoire de l’évolution du climat et nous mettrons en œuvre une politique de gestion de crise. 
  • Nous améliorerons la performance énergétique de nos bâtiments. 
  • Nantes Métropole a la chance de disposer sur son territoire du deuxième Marché d’Intérêt National (MIN) et d’être à proximité d’une activité maraîchère significative. Nous favoriserons les circuits courts, les produits liés à l’identité culinaire patrimoniale en lien avec le technocampus alimentation. 

7. Une métropole plus proche des citoyens, une gouvernance apaisée

  • Un lieu dédié aux concertations et à la démocratie sera réalisé. Pour associer les habitants et assurer un dialogue citoyen performant, de nouveaux canaux d’expression seront mis en œuvre en fonction des projets et des sujets de fond qui traversent notre société. Le conseil de développement y trouvera toute sa place. 
  • Pour simplifier le parcours du citoyen avec la métropole, nous redonnerons un vrai rôle aux pôles de proximité et veillerons au bon fonctionnement des rapports avec les mairies et les habitants. 
  • Nous créerons une application dédiée et un numéro dédié de type « Allo Nantes Métropole ». 
  • Afin de garantir la bonne connaissance de leur territoire et une culture métropolitaine, les agents de la métropole seront amenés à créer des passerelles métiers avec les différentes villes de la métropole. 
  • Nous réformerons en profondeur la gouvernance de la métropole.Tous les maires auront rang de vice-président, et nous proposons que la deuxième vice-présidence de la métropole soit donnée à un membre de la minorité. La gouvernance des pôles sera organisée autour des maires. 
  • Une charte de l’éthique et de la transparence sera rédigée. Elle engagera l’ensemble des élus, un déontologue sera désigné. 
  • Nous prendrons le temps de faire émerger un consensus sur les grands projets que ce soit avec les maires et les élus mais aussi avec les associations, les acteurs économiques et les citoyens. 
  • Le dialogue local avec les élus et l’administration sera renforcé. Les citoyens pourront interpeller directement leurs élus. 
  • Pour les projets d’ampleur, la consultation citoyenne pourra être envisagée. 
  • Pour rendre compte de nos engagements et objectifs, environnementaux, sociaux et financiers, de la qualité de nos travaux et de nos résultats, nous confierons le contrôle de nos actions à une agence indépendante
  • Les collaborations seront consolidées avecles acteurs locaux, institutions, Chambre de commerce et d’industrie, agences urbaines, Saint-Nazaire, Rennes, La Roche-sur-Yon, Angers et Châteaubriant, pour défendre l’idée de coopérations renforcées entre nos territoires. 
  • En matière de sécurité, la délinquance ne s’arrête pas aux panneaux d’entrée des villes de la métropole. Il y a une perméabilité totale entre les différentes villes de la métropole qui justifie une approche globale de la prévention de la délinquance. 
  • L’espace public et les transports ne font qu’un, l’un étant la prolongation de l’autre. Il n’est pas possible de s’attaquer à l’un des sujets sans s’attaquer à l’autre. Une approche cloisonnée de la sécurité n’est pas gage d’efficacité. Nous souhaitons partager les diagnostics de délinquance (informations) et développer une stratégie commune de prévention de la délinquance en vue de coordonner les actions locales. 
  • Nous étendrons le réseau de vidéoprotection et abonderons le CSU (centre de supervision urbain) pour en faire un vrai centre névralgique de prévention et de réaction par guidage des services sur le terrain. Actuellement, 4 villes y sont rattachées. L’augmentation du nombre de caméras sur Nantes Métropole doit s’inscrire dans une approche globale et communautaire de la vidéoprotection. 
  • Avec l’accord des maires, une police métropolitaine d’approche globale sera développée notamment confiant la compétence « police des transports » à tous les agents de la police municipale des villes qui le souhaitent. 
  • Pour avoir une vision globale, nous proposerons un CISPD (Contrat Intercommunal de la Sécurité et la Prévention de la Délinquance). Ce sera une instance de partage des diagnostics de la délinquance pour prendre les bonnes décisions et être en capacité de mieux réagir. 
  • Nous créerons un Groupement Inter-Bailleurs de sécurité : un service de prévention et de surveillance opérationnelle sera proposé aux bailleurs. Il interviendra en dehors des heures de travail des personnels de proximité des bailleurs. Il aura pour mission essentielle de prévenir la délinquance et d’assurer une présence humaine en soirée et la nuit pour renforcer le sentiment de sécurité des locataires et affirmer l’autorité des bailleurs sur leurs sites. 
  • De futures coopérations nous permettront de mieux coordonner nos politiques publiques, non plus avec une vision limitée aux frontières administratives de nos collectivités, mais en tenant compte de la réalité de la vie quotidienne de tous ceux qui fréquentent notre métropole notamment en matière de transports
  • Le service de prévention et de gestion des risques de la Métropole sera renforcé, pour mettre en place une politique de gestion de crise efficace avec tous les acteurs de la sécurité civile. 
  • Notre budget sera équilibré, les investissements s’inscriront dans les marges de manœuvre financières de la métropole, notamment en matière d’investissements, autour de 364 millions d’euros par an, soit un effort de Plan Pluriannuel d’Investissements de près de 2,181 milliards d’investissement tout budget confondu en six ans. 
  • Nous nous engageons à ne pas augmenter la pression fiscale sur les propriétaires (Avec l’actuelle Présidente de Nantes Métropole, en 2016 la seule fiscalité incombant aux propriétaires avait augmenté de 27 % !). 
  • Nous savons néanmoins que tout dérapage intervenant sur la période à venir dans l’évolution des dépenses de fonctionnement ou dans la diminution des produits pourrait conduire à une dégradation rapide des soldes de gestion. C’est pourquoi, contrairement à l’équipe en place, nous veillerons à bien gérer la métropole pour qu’elle soit en mesure de respecter le contrat de maîtrise des dépenses, contrat passé avec l’État.

8. Retrouvez l'ensemble des mesures du projet métropolitain

Télécharger l'ensemble des propositions en cliquant ici.  

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK