Écologie

Partagez cette page

1. Créer un compte carbone pour chaque Nantais pour qu’il puisse mesurer ses efforts et être récompensé pour son comportement vertueux pour l’environnement.

2. Instaurer une règle « écologie » pour tous les nouveaux projets impulsés par la collectivité. Ils devront être accompagnés d’une étude d’impact sur l’environnement et d’un bilan carbone.

3. Végétaliser la ville et planter des minis-forêts dans chacun des 11 quartiers nantais

4. Soutenir des projets de reforestation pour agir à l’échelle de la planète, soit planter 3,6 millions d’arbres à l’international en 6 ans (un arbre par an et par habitant).

5. Favoriser les circuits courts en soutenant l’implantation de commerces de proximité, des marchés locaux et bio.

6. Diminuer sur 5 ans la taxe foncière des propriétaires qui s’engagent à rénover leur logement pour faire des économies d’énergie.

7. Installer des composteurs collectifs sur l’espace et proposer un service de collecte du compost pour diminuer de 30 % le volume de nos poubelles.

8. Créer un Conseil Nantais de la Transition Écologique pour impliquer les citoyens, en particulier les jeunes, dans les décisions concernant la lutte contre le changement climatique et la défense de la biodiversité.

9. Proposer des repas dans les cantines à base de produits locaux et bio et mettre en place un repas végétarien une fois par semaine.

Un second repas végétarien sera proposé au choix un autre jour de la semaine. Aller vers le 100 % de produits locaux et /ou bio.

10. Soutenir les associations et les ressourceries dédiées aux invendus et au réemploi, soutenir leur implantation dans tous les quartiers.

11. Proposer une maison du Climat comme lieu de ressources et de conseils pour les habitants, les communes, les associations et les entreprises.

Un guichet unique pour tous : un lieu de conseil et d’orientation (pour la rénovation du logement, du changement de véhicules…), de pédagogie (pour les enfants et adolescents pour apprendre à consommer autrement, s’adapter au réchauffement climatique…), de formation (notamment pour les professionnels du bâtiment…).

12. Mettre en place un réseau de 50 ambassadeurs de la transformation écologique qui accompagneront les citoyens au plus près de leurs besoins (déchets, mobilité, énergie, alimentation…) pour les aider à devenir acteurs de ces transformations.

13. Mettre en place le zéro artificialisation nette. Moduler à la baisse la taxe d’aménagement pour les projets vertueux sur le plan environnemental.

14. Mettre en place des Zones à Faibles Émissions (ZFE) en accord avec les autres communes de la Métropole pour supprimer progressivement la place du diesel en ville (objectif à 2040).

Nous accompagnerons les propriétaires des véhicules les plus polluants par un coup de pouce supplémentaire.

15. Investir 10 millions d’euros dans la rénovation thermique de nos bâtiments publics et municipaux, en priorisant les travaux sur le meilleur effet de levier : investissement/réduction émissions CO2.

16. Déployer les lampes Led partout sur l’éclairage public (nous n’en sommes qu’à 9 % aujourd’hui) pour réaliser en moyenne 60 % d’économies d’énergie.

Créer un éclairage intelligent variable en intensité en fonction du passage et des besoins de sécurisation de certains lieux. Réduire la pollution lumineuse pour préserver la biodiversité.

17. Déployer la rénovation thermique des logements sociaux pour en finir avec la précarité énergétique. Objectif de 2000 par an ; soit 12 000 sur le mandat.

18. Accélérer le développement des énergies renouvelables.

La Métropole n’est qu’à 7 % d’énergies renouvelables à comparer aux 16 % au national. Nous avons pris du retard. Nous voulons arriver à 17/20 % en fin de mandat : poursuite des projets solaires sur les grandes toitures, développement de la filière bio-gaz à partir de nos déchets, étude hydro-électricité…) Les initiatives d’autoproduction portées par des associations de citoyens seront encouragées financièrement et techniquement.

19. Développer l’installation de bornes de recharges pour véhicules électriques, notamment des bornes rapides pour les professionnels du transport (ex : taxis…).

20. Développer l’écologie industrielle territoriale en orientant les aides et financements de la recherche et développement (R&D) sur le sujet prioritaire de la réutilisation de nos déchets comme ressource.

21. Créer un pacte d’engagements avec les entreprises engagées dans une trajectoire bas carbone.

22. Réduire à zéro l'usage des plastiques à usage unique (couverts, assiettes, verres en plastique, etc.) d'ici à 2026 dans les cantines et les administrations.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK