⟵ Retour

Demain, Nantes ville phare de la santé en France et en Europe

Un événement majeur a bouleversé notre vie ces derniers mois : une épidémie a frappé le monde et ni notre pays, ni notre ville n’ont été épargnés. La pandémie du Covid-19 a semé la panique, provoqué près de 30.000 morts en FRANCE et a bouleversé notre vie quotidienne. Chacun de nous a pu penser qu’il pourrait être malade ou qu’un proche pourrait être emporté par cette maladie.

Nous ne pouvons pas faire comme s’il ne s’était rien passé. Nous devons nous préparer à affronter la prochaine épidémie dans de meilleures conditions. La crise sanitaire que nous venons de traverser a en effet servi de révélateur des insuffisances de notre modèle de soins.

Le dévouement et le professionnalisme de l’ensemble des personnels de soins tant publics que privés ou associatifs ont été exemplaires.

Mais le modèle du « TOUT HOPITAL » a montré ses limites.

La pandémie a fait la démonstration que nous devions repenser aussi notre organisation. Nous devons redonner à la médecine générale, la médecine qui assure les premiers soins et qui maille chacun de nos quartiers, toute la place et tous les moyens qu’elle mérite. Nous voulons faire de Nantes, une capitale de la santé en Europe, à même de faire face avec force et confiance à la prochaine crise sanitaire.

Aujourd’hui, Nantes, notre ville, n’est pas prête. Dès le premier tour des élections municipales nous avions pointé les graves insuffisances de la politique de Johanna ROLLAND et de ses alliés verts en la matière : un budget santé étriqué et peau de chagrin qui ne représente que 0,86 % du budget de la ville (environ 4 millions d’euros). On constate également des subventions ridicules aux associations, des quartiers délaissés en matière de soins de proximité et qui deviennent des déserts médicaux, ou encore des contrats locaux de santé négligés, sans moyens et sans lien véritable avec les habitants. Pour parfaire le tout, on assiste à une focalisation sur le nouveau CHU de NANTES sans aucune action pour trouver des solutions à l’engorgement de nos urgences ! Dans sa position de maire de Nantes, de présidente de Nantes métropole et de présidente du conseil de surveillance du CHU, Madame Johanna Rolland n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation qui se déroulait sous ses yeux. 

Aujourd’hui, les médecins en France, les médecins à Nantes, sont peu nombreux et vieillissent. Nous n’allons pas attendre les prochains déserts médicaux en zone urbaine ! Ces médecins partent sans être remplacés. Ce sont des pans entiers de population qui se retrouvent sans soins. La situation actuelle est vraiment préoccupante : il y a 270 médecins généralistes à Nantes et une majorité d’entre eux à plus de 55 ans.

Notre plan santé pour Nantes et la métropole en trois axes et dix mesures :

L’humain au cœur de notre ambition pour la santé

1.       Accompagner les plus fragiles au quotidien, en particulier les personnes âgées, les personnes en situation de handicap, les précaires

2.       Rénover et renforcer le service de santé scolaire avec des missions élargies

3.       Renforcer le financement des associations pour qui la santé est la préoccupation numéro 1 et mieux les associer aux projets et aux décisions

Une médecine de terrain plus proche de vous

4.       Mettre en place des maisons de santé dans tous les quartiers (avec une priorité à Doulon, Le Breil, Saint-Donatien-Waldeck Rousseau, Chantenay) en vue notamment d’assurer la permanence des soins

5.       Financer et aider (locaux et personnels à disposition) les équipes de soins primaires (ESP)

6.       Créer une plateforme numérique de santé métropolitaine (informer, coordonner et agir)

7.     Mettre en place les contrats territoriaux de santé (CPTS) en concertation avec les professionnels de santé de terrain

La santé publique, une compétence à l’échelle de la Métropole

8.     Créer une agence de santé publique à l’échelle de la métropole

9.     Mettre la prévention (alcool, drogue, tabac, obésité), l’éducation et la promotion de la santé (enfants, jeunes, etc.) comme moteurs de notre action

10.   Rénover et amplifier les Contrats locaux de santé (CLS) à l’échelle de la métropole

Un budget de 10 Millions d’euros par an sur 6 ans, soit 60 millions d’euros : Un budget plus que doublé pour la santé, notre priorité.

Et demain ? La santé est la première valeur de nos vies, et doit prendre une importance sans précédent dans les politiques de la ville. Notre ambition est de remettre l’humain au cœur de la médecine. Comment ?

>   NANTES la ville phare de la médecine de proximité en France

>   NANTES la première ville Santé d’EUROPE

>   NANTES un pôle d’innovation et de recherche en santé publique avec des centres de recherche et de développement technologique dédiés aux soins de premier recours (médecine générale)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK